Centre Pompidou




Depuis 2019, le Département et le Centre Pompidou ont signé une convention partenariale. Ils joignent leurs expertises pour mener ensemble leur mission de sensibilisation du public à l’art contemporain, dans l’optique d’accompagner les territoires dans le développement d’ambitions communes, et de faire du Centre culturel départemental de Saint-Riquier un lieu d’exigence artistique dans tous les domaines.


Le parcours famille

Le parcours-famille est destiné aux familles, sous forme d’une carte à emporter avec soi, pour découvrir le site du Centre culturel départemental de Saint-Riquier. Il a été réalisé par l’atelier de sérigraphie parisien Fwells. L’idée de ce cette carte est d’aborder la dimension patrimoniale du site sous un angle inédit, de mettre en jeu son histoire et ses caractéristiques, en invitant les enfants et leurs parents à se mettre en action par des jeux simples.



L'exposition Voix d’artistes – Du 4 mai 2021 au 29 avril 2022

Ce projet implique une classe du collège Flixecourt du Département dans la conception d’une exposition pour le Centre culturel départemental de Saint-Riquier, sous forme d’un projet éducatif de plusieurs mois, dont le point d’orgue a été un séjour d’une semaine au Centre Pompidou en octobre 2020.

Le thème central proposé aux collégiens pour construire cette exposition est le suivant : voix, paroles et gestes d’artistes au travail. L’idée du geste à l’œuvre, et de la voix comme vecteur de transmission, sont une manière vivante de renouer avec l’histoire de l’abbaye, avec les mouvements et les voix l’ayant habitée.

Pendant leur séjour à Paris, les élèves ont été impliqués dans le processus de conception de l’exposition, avec la complicité d’un commissaire d’exposition. Outre la visite du musée et des expositions en cours, il leur a été proposé :
- Des rencontres-métiers (commissaire, guide-conférencier, conservateur, restaurateur, etc.),
- Des visionnages de films de la collection, pré-sélectionnés pour être montrés dans la future exposition,
- Des visites spéciales autour de la thématique générale retenue,
- Des ateliers de pratiques artistiques au Studio 13/16,
- Des débats pendant lesquels les élèves seront amenés à faire jouer leur esprit critique, à défendre et faire valoir leur choix.



La création en plein air – A venir

Elle portera sur la création d’un dispositif destiné au parc du Centre culturel départemental de Saint-Riquier et conçu par un artiste en dialogue avec un lycée professionnel. De la conception jusqu’à la réalisation, les élèves suivent le processus créatif avec l’artiste à différentes phases du projet, une manière de réinscrire l’artisanat dans l’abbaye. Le savoir-faire des élèves est mobilisé concrètement à l’occasion d’une phase de fabrication de l’œuvre.




Rétrospective des projets



Saule et les Hooppies – Du 15 octobre 2018-25 novembre 2018

Commandé par le Centre Pompidou, conçu par la designer matali crasset, Saule et les hooppies est un tour musical itinérant qui propose un éveil à l’art et à la culture aux enfants de 5 à 10 ans.
Associant le design, le conte, la musique et la danse, Saule et les hooppies est à la fois une œuvre et une comédie chantante. Elle permet de prendre conscience du rôle de chacun dans la sauvegarde de la planète et incite les participants, les enfants comme leurs parents, à déployer leur énergie et leur entrain pour que le dispositif prenne vie en faisant tourner les carrousels qui la composent. Les chansons ont été écrites et orchestrées par le chanteur et artiste sonore Dominique Dalcan.
Saule et les hooppies, est une plate-forme d’expression à l’image d’un arbre remarquable, qui prône un retour au faire ensemble. Elle s’anime par un système de pédaliers animé par l’énergie des participants. Le plateau principal prend ainsi vie par l’effet d’une comédie musicale qui est chantée par tous.



Du geste à l’œuvre – Du 2 juillet au 30 octobre 2019

Que fait un geste ? Qu’implique un mouvement ? Quel mouvement dépasse l’action ordinaire pour s’inscrire dans une dimension esthétique ?
Pour l’Abbaye de Saint-Riquier, le Centre Pompidou a proposé une sélection de cinq films de chorégraphes et artistes contemporains qui interrogent les seuils entre le mouvement et la création artistique.
Dans ces oeuvres, produites au cours des vingt dernières années, un ensemble de gestes sont mobilisés pour déplacer et complexifier nos rapports au quotidien et à la création chorégraphique : un homme interprétant les slogans de ses t-shirts insiste sur le pouvoir du vêtement comme dispositif de subjectivation ; un chef d’orchestre passe de la périphérie au centre de la scène pour devenir l’interprète d’une chorégraphie ; les collaborateurs d’un atelier d’artiste participent par leurs présences et leurs gestes à une chorégraphie qui envahit subtilement l’espace quotidien de création pour produire une oeuvre filmée; des sosies fans d’une idole de la pop, révèlent la dramaturgie de leurs transformation et identification éphémères dans l’espace du théâtre; un groupe de performeurs inventent un vocabulaire des formes qui s’inspirent de l’histoire de l’art, et ou des événements médiatiques et contemporains. A partir de projets inspirés de matériaux et disciplines très diverses, ces oeuvres se rejoignent autour d’une idée commune : celle de mener une exploration des frontières et des partages qui inspirent les recherches autour des arts du mouvement. Ces recherches et découvertes suggèrent que le monde de la danse s’inspire et appartient à notre quotidien comme à celui de l’espace du théâtre.


PROGRAMME DE PROJECTIONS


JÉRÔME BEL
Shirtology, 1997
Durée : 12’

YVONNE RAINER
Trio A (The Mind Is A Muscle, Part 1), 1966/1978
Durée : 16’27’

JOCELYN COTTENCIN
Monumental, 2014
Durée : 47’

XAVIER LE ROY
Le Sacre du printemps, 2007
Durée : env. 16,04’

VALÉRIE BELIN & I COULD NEVER BE A DANCER
Duo de scénographes basé à Paris, Performance, 2013
Durée : 30’




La station bébé mobile – Du 1er au 30 octobre 2019

Ludique et participative, la Station bébé mobile a été conçue comme un nouveau territoire nomade et modulable pour les 0-2 ans et leurs accompagnants. La Station bébé mobile est un espace unique doté d’une identité visuelle forte. Elle répond à une volonté de témoigner de l’importance qu’occupe la place des toutpetits dans notre société.

Elle n’est pas seulement un terrain d’expérimentations sensorielles pour les toutpetits mais un véritable dispositif artistique, pensé comme un lien privilégié entre les enfants et les parents, ainsi que les professionnels, les artistes et les oeuvres. L’objectif de la station bébé mobile est de créer une bulle, un moment exceptionnel, hors du quotidien, entre les membres de la famille. Elle a un rôle de passeur à la croisée des chemins que constitue la base du développement de l’individu et des futurs acquis.La Station bébé mobile est un terrain d’exploration et de surprises, tourné vers les 5 sens où le quotidien, les soins s’éloignent et disparaissent pour un temps. Elle se compose d’éléments de formes, de couleurs et de tailles différentes. Des blocs, des briques, des triangles, des montagnes, des traversins, des vagues s’assemblent pour créer un paysage métaphorique et dynamique, à habiter et à investir confortablement. Elle est un fil factuel qui réunit tous les protagonistes autour d’une oeuvre, ici, celle d’un designer, Stephanie Marin.

Quelques mots sur le designer STEPHANIE MARIN
Née en 1973 à Marseille, Stéphanie Marin vit et travaille à Nice. Elle débute en 1990 dans le recyclage textile entre Hambourg et Barcelone. Cinq ans plus tard, elle développe sa ligne de prêt-à-porter « Habits Magiques », des structures polyvalentes, en matières naturelles et teintures artisanales, distribuées dans les enseignes internationales du monde de la mode : 70% de son travail s’exporte sur les continents. En 2003, elle étend ses recherches au design et à l’habitat et crée les coussins galets Livingstones. Sensible à la dimension immatérielle du design, aux émotions qu’il peut provoquer, Stéphanie Marin travaille sur la relation au corps, à l’espace et à la lumière. Aujourd’hui, ses collections sont distribuées dans plus de 150 pays à travers le monde, toujours dans l’esprit d’une recherche fonctionnelle, saine et esthétique, indissociablement de ses choix de production d’image et de diffusion.



Cahier de tendance – Du 2 septembre au 20 décembre 2019

Savoir où l’on va, anticiper l’avenir et savoir ce qui composera les goûts et les envies de la société de demain. Tel est le travail d’un faiseur de tendance. Aujourd’hui beaucoup d’entreprises et de fabriques dans le domaine de la création font appel à ces visionnaires. L’atelier invite les adolescents à se mettre dans la peau d’un créateur visionnaire et à créer un cahier (ou une planche) de tendance. A partir d’outils mis à disposition et d’une matériauthèque composée d’échantillons de tissus, de feutres, de crayons de couleurs, de magazines, de peinture, de différents types de fils, de matières particulières, les ados réalisent leur propre planche ou cahier de tendance. L’objectif de cet atelier est de mettre l’adolescent en situation de réflexion et de création autour de ce dispositif. Chaque cahier ou planche reflétera une orientation artistique qui sera ensuite discutée en classe ou dans l’espace d’atelier avec les autres élèves.